De l'accusation d'antisémitisme comme arme de destruction massive

Dans le champ médiatique comme dans le champ politique, l'accusation d'antisémitisme infondée apparaît comme une arme de destruction massive… Israël le sait, lui, qui n’a de cesse de l’employer dans sa hasbara. Songez aux sous-entendus du célèbre : pourquoi vous focalisez- vous tant sur le conflit du Proche-Orient ? Et le Soudan, la Tchétchénie ? Sous sa forme soft, préventive, implicite, cette accusation permet la dissuasion. Sous sa forme hard, elle permet la mise à l’index, la mise en quarantaine, la « chasse aux sorcières », elle élimine symboliquement l’ennemi du paysage de l’opinion, le contradicteur gênant est tout bonnement annihilé… Cette accusation est une bombe à neutron de la pensée, elle vous vitrifie, pétrifie, paralyse, vous glace d’effroi, tandis que le reste du monde continue son petit bonhomme de chemin… Être suspecté d’antisémitisme cela vous brise une carrière en un tour de main, cela vous grille définitivement dans de multiple milieux. Plus vous êtes haut perché, plus le risque encouru est grand... Et donc plus grandes seront les probabilités de vous taire, on en sait quelque chose dans les instances européennes… Le soupçon d'antisémitisme fait de vous un personnage plus infréquentable qu’un pédophile, car celui-ci finalement ne cède qu’à des pulsions irrépressibles, l'antisémitisme, lui, est un fait de culture, un fait massif, un fait historique lourdement chargé… Mais là où cette accusation est la plus efficace, c’est lorsqu’elle suggère plutôt qu’elle ne dit. Car elle parvient à ce que la parole critique n'advienne jamais, elle empêche toutes « mauvaises pensées », elle pose un climat d’intimidation, elle lui substitue une pensée trouble, conjurée, aux confins de la mauvaise foi et de l'aveuglement, qui s'apparente à la double pensée chère à Orwell, où le faux grossier voisine avec l'a peu près et le vraisemblable… Foucault observait que « dans toutes sociétés, le discours est à la fois contrôlé, sélectionné, organisé et redistribué par un certain nombre de procédures qui ont pour rôle d’en conjurer les pouvoirs et les dangers, d’en maîtriser l’événement aléatoire, d’en esquiver la lourde, la redoutable matérialité ». Qu’est-ce qu’aujourd’hui l’accusation d’antisémitisme sinon une de ces procédures-là ? L’on y trouve objets tabous, sujets parlant privilégiés et légitimes et principe de raréfaction du discours... Tout y est ! Aux naïfs qui croient que ce ne sont là que des mots, du blabla sans conséquence, sachez que l’ordre du discours d'ici est le garant de l’ordre de bataille à Gaza ! Et de ses massacres... Israël le sait lui qui joue si bien de cette arme redoutable…

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Hé oui !

L'accusation d'antisémitisme est de même nature que celle d'islamophopobie portée à l'encontre de tous ceux qui osent critiquer l'islam.

Ravi de vous l'entendre dire ! Le débat d'idée fait d'immenses progrès grâce à vous.

Anonyme a dit…

Si ce n'est que l'accusation d'islamophobie, c'est tendance, on ne risque absolument rien et ça rapporte gros, demande à Imbert, Redeker, Val et à Houellebecq... La voie royale pour un racisme en tout confort et toute lâcheté... Sûr t'es preneur !

dominique a dit…

J'ai même du mal à vous dire combien vous êtes dans le vrai, c'est dire si même en voulant rester libre la loi impose son ko technique.
Autre chose, quoique : votre pseudo me gène. M'attriste.
J'aimerais vous dire soyez vous même, on a besoin de vous, quelqu'un de tellement bien.
On a urgemment besoin de vous.

Anonyme a dit…

Peut-être suis-je islamophobe, honnêtement je n'en sais rien. Mais l'accusation de racisme ne tient pas debout. Il est trop évident que vous mélangez sciemment les deux termes alors qu'ils ne signifient pas la même chose. Faites un peu preuve de rigueur, philosophe ! Je n'oublie pas par exemple que Garaudy s'est converti à l'islam, et je préfère ne pas savoir pourquoi.

Tout dépend de qui vous avez en face de vous et du langage qu'il tient. Je vous rejoins d'ailleurs bien volontiers quand vous faites un distingo entre les bons pédés (Rimbaud, Gide, Genet, Fassbinder) et les autres (non, pas de noms). Ils ne sauraient être confondus à la légère.

En tout cas, islamophobe ou pas, je ne vous lis pas moins régulièrement. Vous et moi savons que tous les autres s'appellent Helmut, n'est-ce pas ?...

cyclomal a dit…

Il ne faut plus craindre l'accusation d'antisémitisme, sauf à se comporter en vaincu et à être les prochains sous la botte inhumaine et brutale. Notre peur face à l'injuste diffamation, et le repli qu'elle entraine, est un luxe qu'on regrettera quand il sera trop tard. Rappelez vous ce que Churchill disait prémonitoirement:«Vous aviez à choisir entre la guerre et le déshonneur ; vous avez choisi le déshonneur et vous aurez la guerre.»
Sauf qu'ici, le déshonneur causé par une accusation sans fondement doit nous grandir et nous galvaniser.Quand à la guerre, c'est contre nous même qu'il faudra la mener, contre notre lâcheté face à la force drapée dans le droit qu'elle viole.