L’éternel retour du sexe des anges

Il n’est pas que dans la Byzance finissante qu’on aime à discuter « du sexe des anges ». Le PS bruxellois a lui aussi ses querelles byzantines. La dernière en date, esprit du temps oblige, concerne l’ « hymen des musulmanes ». Car il faut être absolument moderne. Le détail de la controverse s’énonce comme suit : « la musulmane doit-elle recourir à la chirurgie esthétique pour recouvrir l’honneur perdu ?» Aussi l’une des grandes rhétoriciennes du PS, Isabelle Emmery, et féministe comme on en fait plus, qu’on surnomme la Cicéron de l’Avenue Théo Verbeeck, mue par « un devoir d'intervention » et des arrières pensées électoralistes, s’est fendue, d’une « carte blanche » dans notre quotidien vespéral national, dont on sent l’agonie prochaine tant il racole large ces derniers temps… Jugeons du contenu de ce grand moment de bravoure. Et bien, il n’est guère épais. Pour toutes « pensées », on y trouve les associations automatiques habituelles, car Pavlov a bien des adeptes au PS bruxellois malheureusement, la petite chansonnette suivante : « port du voile », « mariages forcés », « excision »…, finissez la liste tout seul ! Notre Cicérone d’Anderlecht, se prenant pour une Louise Michel de la kermesse du Midi, et tel un perroquet, annone et bredouille sa leçon islamophobe mal apprise, leçon entendue mille et une fois pourtant. Comme il se doit, le fond de son discours se camoufle sous des termes, qu’elle qualifie de Valeurs (fondamentales), aussi confus que ronflants tels que « émancipation », « respect », « égalité », tandis que les forces du « mal » sont désignées par des périphrases qui ne trompent personne : « le poids des traditions », « l’obscurantisme », « l’archaïsme »… Dans ce combat immémorial du bien contre le mal, le dualisme étant le rationalisme des imbéciles, notre Sainte-Georgette-des-abattoirs-dAnderlecht, qui a enfin trouvé un dragon à sa mesure, a pour toute référence conceptuelle des débats vus, à la sauvette, sur la télévision québécoise sans doute captée par une antenne satellite, c’est vous dire la modernité extrême et la largeur d'esprit de notre Cicérone. Et dans sa quête du Graal, à savoir « la démocratie émancipatrice des genres » (sic), elle a pour adjuvant la très bancale « ni putes ni soumises Belgium ©», avec une telle alliance, c’est un peu comme si un aveugle servait de guide à un sourd pour gravir l’Everest… Mais que signifie au juste cette rhétorique creuse et ces gesticulations fanfaronnes ? Le PS bruxellois brasse du vent pour occuper son vide idéologique et dissimuler son bilan dérisoire. La manière de faire est connue, il s'agit de lancer un débat sociétal pour éviter de parler et surtout d'agir sur le social, sur lequel on sait qu'on a plus aucune prise... Comme la campagne éléctorale bat son plein, il s'agit aussi de lâcher les chevaux légers, très légers !, en vue de grapiller quelques voix chez les laïcistes « petits blancs » pur jus, dans le langage du marketing, on appelle ça, diversifier l'offre, car chez les petits épiciers du politique, il n'y a pas de petits profits. Et pourtant. Urbi, de quelles décisions visant à améliorer le sort des musulmanes « concrètes », la Cicérone, Députée socialiste à la Région bruxelloise et à la Communauté française, peut elle se prévaloir ? Connaît-elle la population féminine qui fréquente Actiris ? Sait-elle qui est l’armée de réserve des entreprises de nettoyages bruxelloises? Peut-elle proposer aux jeunes filles « des quartiers » un enseignement de qualité ? Orbi, s'est-elle inquiètée le moins du monde du sort des jeunes filles palestiniennes, des jeunes filles irakiennes et de leur hymen, quand elles sont transformées en chair à canon par la soldatesque « démocratique » ? A tout cela, Isabelle la laïciste n’a que son féminisme de salon à proposer, un féminisme de tartufe, un féminisme avarié au racisme rampant… C'est-à-dire le néant absolu et qui plus est volubile ! On raconte qu'au palais du Basileus, les courtisans continuaient de se disputer à propos du sexe des anges tandis que les Turcs faisaient le siège de Byzance. Et bien, les « Ottomans » nouveaux n'ont pas de cimeterre, ils parlent l'anglais et nous viennent d’outre atlantique tout armés de subprimes et de stagflation… Il parait que notre Cicérone est dotée d’un diplôme d’économie, il parait ?

3 commentaires:

Nobo a dit…

Grace à toi, Emmery la triste sirette, a aujourd'hui une réputation mondiale (voir le site du MIR) en médiocrité, pauvre Belgique...

Samira a dit…

Ils servent de moins en moins à quelque chose, ces politiques, à part à nous rendre ridicules...

alphonse a dit…

c'est quoi ce site Mir , t'as l'adresse ( qu'on rigole )