"Monologues voilés" et racisme sans fard…

Bruxelles, ces derniers jours, est constellé d’affiches faisant la retape d’un spectacle intitulé les « Monologues voilés » qui se joue au Théâtre de Poche. De quoi s’agit-il ? Eh bien d'un navet qui surfe sur l’islamophobie ambiante, tout en se prévalant d'une posture héroïque plus que douteuse, on y vérifie la sentence de Mac Luhan, le médium est le message, car hormis l’affiche et l’opération de com, le spectacle ne vaut pas un dinar. On y trouve les clichés les plus éculés envers la femme « arabo-belge » (sic), le bric à brac le plus ranci de l’exotisme orientalisant : danse du ventre, thé à la menthe, gâteau au miel, hammam, et bien entendu le « voile », dispositif de capture médiatique oblige… Le traitement est tellement grossier et vulgaire, qu’on semble entendre en arrière fond un passage de « travadja, la moukère », ancêtre colonial du « darla dirladada » qui fit les beaux jours du Club Med… L’idée centrale du spectacle est le « voile », en lui réside la structure sous-jacente du spectacle, à savoir son impensé colonial, car le voile, comme perception, c’est ce qui empêche la pénétration du regard, et par cela il révèle un fantasme, celui du viol, d’un viol euphémisé, puisqu’il s’agit pénétrer « l’intimité de la musulmane », car tout à l’inverse des Monologues du vagin d'Eve Ensler, qui lui exposait de manière crue l’origine du monde, dans les Monologues voilés, le regard impérial pénètre et sonde les mystères du gynécée oriental, les jardins secret de l’Islam et autres billevesées. L’action, l’initiative, se situe dans la pulsion scopique du regard européocentriste, tandis que la femme musulmane est objet passif, tout à la fois objet de découverte par un œil occidental et objet qu’on façonne, car sur cette scène on fabrique de l’altérité, on orientalise l’oriental. Dans ce dispositif le Nous et le Eux règne en maître : Nous («la confrontation avec NOTRE Occident » ; Eux (« les rituels, les joies, les chagrins, les orgasmes, les pressions familiales, culturelles vécues par ces femmes aux prises avec LEUR culture d’origine »). La distribution des rôles même de la pièce l’atteste, les exécutantes sont « indigènes » tandis que les concepteurs et techniciens sont souchiens ! Cet investissement, cette économie libidinale nous apprend, bien entendu, plus sur l’Europe et sa géographie imaginaire que sur l’Islam. Notamment sur sa manie « des sales petits secrets » (l'aveu et la confession) bien décrite par Deleuze et Foucault, dont la psychanalyse est le dernier avatar. Si Gynécée, harem oriental et sensualité d’alcôve sont les lieux communs du discours orientaliste depuis Hugo, Nerval et Goethe, le spectacle, en renouant avec cette vieille mythologie compassée, occulte, et c’est sa fonction principale, qu’il est aujourd’hui un orientalisme postmoderne, où « beurette » est une catégorie pornographique. Il occulte aussi que les femmes (et leur corps !) ont longtemps été enjeu de luttes, champ de bataille pour les dominants, des tondues de la libération, au dévoilement forcé dans l’Algérie coloniale, en passant par les viols lors des épurations ethniques plus récentes (Bosnie, Rwanda etc). Et que cet état de dominé qu'on instrumentalise à souhait perdure aujourd'hui… Enfin, il occulte que les musulmanes n’ont pas attendu le feu vert des féministes, façon Marie-claire, celles-là mêmes qui sont enfermées dans « le harem de la taille 38 » (Mernissi), pour s’émanciper, car si l’héroïne de ces dernières c’est madame Bovary, les musulmanes peuvent se féliciter d’avoir pour modèle Shéhérazade, cette Ulysse orientale au féminin. Soit plus de mille ans d'intelligence, de résistance et de courage, qui peut en dire autant ?

12 commentaires:

FLI-FLA a dit…

c pour cela que je n'ai pas été,car ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tord qu'ils ont raison encore et toujours de nous garder LEUR loupe médiatique,car la transculturalité,n'existant pas actuellement,chacun se présenterait à l'autre et pas avec ce genre de simulacre.
En espérant que ces comédiennes puissent aussi jouer d'autre rôles,moins ghettorisant

Bob a dit…

Salut Fli-fla,

Tu as raison les premières victimes se sont les actrices elles-mêmes, le pire c'est qu'elles n'ont pas l'air de s'en apercevoir...

Meryem a dit…

Mais pourquoi tu rages comme ça?
Pourquoi t'as tant de haine envers des gens qui justement essaie de supprimer les stéréotypes et les clichés sur les femmes musulmanes?
C'est déjà assez grave que des racistes rabaisses les cultures étangères, il faut encore que toi, une personne qui est surment un pratiquant de l'Islam, tu te braques sur l'idée que les musulmanes restent telles qu'elles sont.Dans le monde dans lequel on vit en ce moment, tu doit t'attendre à une modernisation de ces femmes qui, pour commencer, vont tenter de briser tous les tabous qui pèsent sur leur réputation.
J'ai un peu parcourus ton blog et franchement, tu te casse trop la tête sur des problèmes qui ont eu lieu y a des siècles et qui aujourd'hui ne sont plus que des souvenires.Douloureuses, certes mais à quoi bons de les rappelés à part blessés des gens qui essaient d'oublier et qui essaient de ne plus se distinguer en tant que victimes.On a tout fait pour que l'esclavage soit abolis mais tu vas juste foutre la haine au gens en reouvrant les plaies de l'Histoire au lieu de les guérir.
Réfléchis un peu

Anonyme a dit…

C'est déjà la fin des soldes, c'est dommage Meryem aurait pu s'acheter un cerveau, elle est si nécessiteuse... La beurette superficielle qui appelle autrui à le devenir autant qu'elle (un record !), est-ce du prosélytisme ou bien c'est l'hôpital qui se fout de la charité...? C'est la « beurette » rêvée du « système », petit pois dans la tête et hargneuses envers les « siens », elle fera carrière, oui mais dans quoi (le nettoyage ou la « Communauté Française » ? ).Pour ta gouverne, tu ne mourras pas idiote, pas aujourd’hui !, si il est une constante de l’histoire, les racistes aiment beaucoup les beurettes et les "négresses",... mais dans leur pieu !

P.S : Bonjour à ta sœur, cousine, qui joue dans ce si mauvais spectacle !

Anonyme a dit…

Le probléme c'est que tu essaye de plaire à des gens qui m'éprissent une autre parti de la population. Le fait n'est pas de choisir mais d'être sois même

FLI-FLA a dit…

POUR NUANCER,oui les beurettes,doivent mener plusieurs combats,car nous cumullons les dominations,de genre,l'économique,ehtnik...et sans avoir ni petit pois à la kabessa,ni superficialité,oui la rébellion face aux siens se justifie mais ce n'est là qu'une bataille,la plus grande victoire n'est pas sur ce front là,car entre dominés,exclus et stigmatisés,faut pas se tromper d'adversaire,nous sommes dans le mm bain,ou pétrin,alors vaut mieux penser globalement le problème du pourkoi de la non-integration,sous l'aspect collectif et non perso...
j'en resterai là pour 7X et ne pas être trop soporifique,à+ FLI-FLA

Va.te.faire.voiler a dit…

..."tu vas juste foutre la haine au gens en reouvrant les plaies de l'Histoire au lieu de les guérir.
Réfléchis un peu" ...

Le silence est d'or mademoiselle.
La médiocrité (et encore, je me retiens) de votre commentaire vient entraver la lumière qui jaillit de ce blog.
Et comme l'a dit un commentateur plus haut, les soldes... vous devriez en profier (bientôt la troisième démarque en France... :D).

Bob a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Bob a dit…

Salut à toi VTFV,

Je connais ton blog, qui m'a beaucoup faire rire...

Porte toi bien !

FLI-FLA a dit…

justement à propos de ce blog d'où devrait jaillir la lumière,encore 1 chouia de retenue,tu serais sympa VTFV,toujours dans l'interêt collectif,à mes yeux le silence comme le calme sont l'âme de la tyrannie(ghandi)ceci on est ou pas du sud...tempérament oblige? avec les années tu prendras + de recul,faut laisser bloggé les gens,écouter sans koi toi aussi tu écartes ce ki ne te ressemble pas? mais c bien là reproduire ce kon reproche au système!

Anonyme a dit…

@Fli-Fla
"avec les années tu prendras + de recul", te disqualifies sans nul doute (méfie du ton "vieux con"...

"on est ou pas du sud", le déterminisme géographique n'est plus de rigueur depuis Montesquieu et c'est tant mieux!

Et il faut bien dire que le "réfléchis un peu " de ta protégée est particulièrement hilarant..

Va.te.faire.voiler a dit…

@ Bob

thanks l'ami :D

@ Anonyme

Il n'y a pas que le "réfléchis un peu" qui soit désopilant== le "on est ou pas du sud" n'est pas mal non plus!

@ Fli-Fla

Respire, t'es trop volubile... pour rien dire en plus!

Bone journée :D