Du retour de l'antisémitisme comme d'un mythe

N'en déplaise à l'Express qui espérait sans doute faire du tirage, cet enfant prodigue n'est jamais revenu...

Il faut en finir avec ce fantasme d’un « retour de l’antisémitisme ». Il y a maintenant dix
ans que les politologues et les instituts de sondages l’ont montré :
- premièrement des opinions antisémites existent encore mais elles ne cessent de diminuer très fortement depuis la Seconde Guerre mondiale : « En 1946, un peu plus du tiers de la population adulte considérait qu’un Français d’origine juive était "aussi Français qu’un autre Français". À l’automne 2000 plus des deux tiers approuvaient l’opinion "les Juifs sont des Français comme les autres". Aujourd’hui ils sont près de 90 % », écrit Nonna Mayer .
- deuxièmement ces opinions sont très minoritaires et la France n’est absolument pas un pays antisémite. A titre d’exemple, et pour rester dans la triste actualité de l’affaire récente des propos de l'évêque négationniste Richard Williamson, en 2002 déjà le sentiment qu’on parlerait « trop » de l’extermination des Juifs par les nazis, manière détournée de banaliser, voire de nier Auschwitz, ne concernait que 17 % des personnes sondées, 80 % estimant au contraire qu’on en parle « ce qu’il faut » voire « pas assez » .
- troisièmement c’est même le contraire qui est vrai : la France est plutôt un pays « philosémite » et qui condamne plus sévèrement le racisme anti-Juif que le racisme anti- Maghrébin . Et ceci se mesure aisément car les sondages de la CNCDH posent les mêmes questions s’agissant des différentes minorités vivant en France. D’où il ressort que, si la France n’est pas davantage un pays globalement raciste à l’encontre des Musulmans, la communauté faisant le plus l’objet de craintes et de rejet est bien en réalité la communauté musulmane. Ainsi, si les trois quarts des personnes interrogées estiment que les Musulmans sont « aussi Français que les autres Français », la proportion des « tout à fait d’accord » avec cette opinion est inférieure de vingt points à celle que recueille la question sur les Juifs (44 % au lieu de 63 %). Et il en va de même pour la tolérance à l’égard des propos racistes : « Dire "sale Arabe" justifie une condamnation par la justice pour 51 % des personnes interrogées, mais le propos est jugé moins sévèrement que celui de "sale Juif", dont la condamnation judiciaire était justifiée par 59 % de l’échantillon. Globalement, l’opinion semble mieux disposée à l’égard des Français juifs que des Français musulmans ou arabes » . Ajoutons enfin que c’est de ce point de vue que l’évolution récente de la société française est en réalité le plus préoccupante. Comme le relatent les deux derniers rapports (2006 et 2007) publiés par la CNCDH : « Si l’on constate globalement une plus grande acceptation des minorités, ces propos doivent cependant être nuancés quand il s’agit de l’Islam et les musulmans. Depuis quelques années on note une certaine méfiance, voire un rejet, des populations musulmanes. […] Ainsi, la religion musulmane n’évoque quelque chose de positif que pour 28 % des personnes interrogées. De toutes les religions, c’est celle qui suscite le plus d’images négatives, avec un niveau d’opinions positives inférieur de 11 points à celui de la religion juive et de 22 points à celui de la religion catholique. De plus, 48 % des sondés considèrent que les musulmans forment un groupe à part dans la société. Ce chiffre est nettement plus important que pour les autres catégories de populations citées, même si l’on enregistre une baisse de 9 points par rapport à l’an passé. On note par ailleurs, que si 84 % des personnes interrogées considèrent que les Français juifs sont des Français comme les autres, la proportion de personnes qui considèrent que les Français musulmans sont des Français comme les autres n’est que de 69 % » .
Rappelons enfin que, si la proportion de personnes se disant d’accord avec la proposition « Il y a trop d’immigrés en France » baisse elle aussi en tendance historique, cette baisse est beaucoup moins rapide et cette proportion est encore majoritaire : elle était de 57 % en 2007. Et derrière cette notion d’« immigrés » se cachent bien évidemment d’abord les populations d’origine maghrébine et/ou de confession musulmane.

Laurent Mucchielli

2 commentaires:

Bozo a dit…

Anonyme Bozo a dit...

Vous avez raison anonyme , c'est le retour de la nuit de cristal pour le juifs, les nouveaux nazis s'appellent Mouloud et Mamadou, heureusement, pour ne pas désespérer, il y a les "blancs" et leur philosémitisme de tous les instants(lol)...

Anonyme a dit…

C'est sur que sans mon commentaire, les gens vont moins bien comprendre.

Sinon, vous êtes bêtes, si prochaine Nuit de Cristal il y a, ce ne sera pas pour les Juifs, mais pour vous, et vous le savez...


Sinon j'ai lu l'article en entier, j'aime bien le message, en gros si des Juifs se font agresser en France, c'est parce que des Institutions Juives soutiennent Israël, et du coup ça entretient la confusion dans l'esprit(s'ils en ont un) des "nombreux Français maghrébins[incapables de] distinguer la
politique israélienne de la communauté juive en général."


Sa doit surement pas vous gêner, moi si.