And the winner is…

Prix du « massacre colonial de l’année » : Tzipi Livni
Pour le massacre perpétré par l’Etat d’Israël à Gaza (plus de 1300 morts et 8000 blessés)

Prix « idéologue du colonialisme» : Henri Guaino
Pour sa rédaction des discours de Dakar et Toulon… ainsi que l’idée de la création d’un ministère de l’identité nationale.

Prix du « colonialisme français » : Brice Hortefeux
Pour sa chasse aux sans-papiers et la mise en œuvre du ministère de l’identité nationale.

Prix du « colonialisme belge» : Annemie Turtelboom
Pour sa déclaration selon laquelle la détention des enfants en centres fermés n’est pas contraire à la Convention Internationale des droits de l’enfant.

Prix « Nostalgie du colonialisme » : Thierry Mandon ex aequo avec Alain Huygues-Despointes. Thierry Mandon, maire PS de Ris Orangis pour l’inauguration de la stèle « Algérie Française »Le Béké Alain Huygues-Despointes pour ses propos colonialistes sur le « maintien de la race »

Prix « Françafrique » : Omar Bongo, président du Gabon
Pour sa longue carrière au service des intérêts français en Afrique

Prix de « l’entreprise colonialiste de l’année » : Vincent Bolloré
Challenger de la mise en œuvre de la Françafrique.

Prix de la lutte anticoloniale de l’année :
Le « mika d’or» ou la « godasse d’or », Prix de la lutte anticoloniale a été attribué ex aequo au peuple palestinien qui résiste depuis 60 ans et au peuple guadeloupéen pour sa résistance à l’ordre colonial français.

Inspiration

1 commentaire:

dominique a dit…

Fait chier merde !