Choc, effroi et délire du laïcisme

Il nous a été donné, hier, de lire une tribune dans Le Soir particulièrement ahurissante, intitulée : « Le pouvoir aux « barbus » ? Non merci ! ». On ne dira jamais assez les dégâts occasionnés par le mauvais livre de feu Samuel Huntington, Clash of civilisation, sur les esprits simples et tout à la fois pervers. Ainsi pendant que les Gazaouis se font bombarder par air, terre et mer. Tandis qu’ils subissent un déluge de feu par F-16, « Apache » ou drones. Tandis qu’on assiste à un massacre en direct d’enfants, femmes et vieillards. Tandis que les Gazaouis, tels des souris de laboratoire, servent à expérimenter de nouveaux armements (DIME)…Un tierceron de laïcistes, émargeant tous les trois à la Communauté Française de Belgique, égaré dans une manifestation propalestienne, n’a rien trouvé de mieux à faire que de jouer à se faire peur. L’objet de celle-ci : l’islam, esprit du temps et surtout esprit du laïcisme oblige. Angoisse déclinée sous toutes ses formes. Le seul point commun entre elles est une certaine dose de mauvaise foi. On distingue par ordre d’apparition. L’affabulation : « les slogans qui mettent de côté la démocratie » (sic). La conspiration : « des groupes, apparemment bien pris en mains par les mosquées ». Le stéréotype : « Des “barbus ”occupant le pavé fétiche de la gauche française, tandis que les femmes voilées attendent sagement à une rue de là… » La calomnie : « des religieux réactionnaires et rejetant les principes élémentaires de la démocratie, du vivre ensemble ». Le mépris : « des femmes enfoulardées d’un côté, hommes barbus hurlant Allahou Akhbar ! de l’autre ». La diffamation : « la montée en puissance d’un cléricalisme musulman intolérant, impérialiste et antiprogressiste ». La paranoïa : « Nul, parmi vous, ne l’ignore : les radicaux qui ont tenu le haut du pavé, dans les rues de Bruxelles, vous détestent. » Soit une déclinaison de toutes les « passions tristes » qui génèrent ou sont générées par la peur - un cas d’école. Par laquelle on peut faire le portrait clinique de l’homme qui aime avoir peur. Car le laïciste est un homme qui aime avoir peur par dessus tout. Mais, par delà la psychologie, la peur diffuse, on le sait depuis le 11 septembre, est aussi une forme de gouvernance. Une forme d’une grande efficacité. La rhétorique du « choc des civilisations », lorsqu’elle est intériorisée, permet la division entre un « nous » et « eux », elle permet la lecture du monde suivant le prisme du religieux, elle permet la désignation de l’ennemi… Et l’ennemi, ici, c’est le « barbu » et la « femme enfoulardée ». Et il se fait que c’est le même ennemi que l’armée glorieuse d’Israël rencontre sur le terrain, à Gaza. Cela n’a rien de fortuit bien sûr. Le ton était déjà pourtant donné dés la première phrase de la tribune à qui savait la lire attentivement, « la politique de destruction massive du gouvernement israélien contre le territoire palestinien de Gaza » pouvait-on lire. Dans cette phrase introductive, s’il l’on parle de « destruction massive », il n’est fait nulle mention de Palestiniens, on y évoque un territoire… Un territoire où vivent sans doutes des kangourous ou des ornithorynques palestiniens scandaleusement bombardés ? Cette litote n’a rien d’anecdotique, elle est révélatrice, elle est la traduction inconsciente de « la fameuse terre sans peuple… », elle est, à notre sens, l’expression d’une épuration ethnique symbolique, ce qui en dit long sur le lieu d’où parle très exactement nos laïcistes humanistes autoproclamés. De ce lieu, à l’évidence, l’on n’aime pas beaucoup voir le peuple, la vile multitude, ethniquement marquée, se manifester à sa manière, avec ses codes, ses signes « exotiques », non laïquement correct, on y trouve à redire, on trouve ça bien louche, on trouve ça du plus mauvais goût. On se voit perdre la main, aussi l’on a peur... Voilà bien une singulière manière d’appréhender la démocratie, de se l’accaparer, de la confisquer, qui a comme d’étrange résonance avec la situation à Gaza… Peut-être que nos laïcistes, sionistes honteux, sionistes contrariés, pour ce qui est de Gaza comme pour Bruxelles, songent aux mêmes solutions « si le peuple pense mal, disait Brecht, changeons le peuple » !

13 commentaires:

Baal a dit…

C'est une charge contre la connerie ou une charge contre la laïcité ? A voir le nombre de termes utilisés issus de la racine "laïc", j'ai un doute ...

Mohammed Saïd a dit…

C'est quoi la différence maintenant entre un gars du "fn" et un laïciste qui s'abreuve à la source celui-ci?

Il est clair que ca doit les choquer, enfermés chez eux sans contacts, ils découvrent que bruxelles est multi-ceci et multi-cela.
Ils vont au boulot, pas d'arabes/turques (sont tous chomage bien sur, ou travaillent pas dans le même secteur), vont dans le train toujours pas d'allochtones, regarde la tv, toujours pas d'allochtones, puis vient le jour ou on sort pour manif. et là! stupeur et effroi, y a des barbus partout ma parole (même si en réalité, c'est le fait de ne jamais en voir qui trouble leur perception une fois qu'ils en voient un peu plus dans le paysage) et des foulards!
Comme dirait les flamands "Amaï, on est en saoudite arabich ici, zeg!" "trop is te veel! eing!"

Faut leur dire, hein, pas argent alors pas gilette alors pas shampoing alors pas "brosse babyliss brushing" alors beaucoup barbes et beaucoup foulards!
c'est la seule explication hein.

La laïcité, c'est bien, mais pas quand c'est dans les mains des laïcistes, là, ça devient du totalitarisme uniformisant (style star trek, pas d'arabes, pas d'turques, tous le même costume, tous la même bouffe, tous le même combat).

Anonyme a dit…

L'un des plus illustres de ces ridicules, à mon sens,est le "résistant" Manu, de "RésistanceS", celui qui collabore avec l'islamophobe Nadia Geerts, l'activiste laïcisto-sioniste !!! Porter plainte (pour négationnisme et antisémitisme !!!) contre ceux qui dénoncent, par les qualificatifs adéquats, les auteurs d'un carnage, les acteurs d'une entreprise d'épuration ethnique !!! Plus ridicule que ça..., ça ne se fait pas !!! Ce n'est même pas critiquable tellement c'est idiot !!!

Rachid Z

Anonyme a dit…

Dis moi qui te lis, je te dirai qui tu es :

Le site de Mohamed Sifaoui
Le site de l’UPJF
Le site de Nadia G.
Le blog du Front National du Brabant wallon
Le blog d'Alain Escada (« Belgique et chrétienté »)
Le site de « Belgique et chrétienté »…
Le site des Innocents (Renaud Camus)...

Zieg heil !

Anonyme a dit…

Nazisionistes, fascislamistes, laïcistes... Il faudrait peut-être sortir un jour de cette diabolisation systématique de l'Ennemi, d'un côte comme de l'autre.

Ou alors ne venez plus contester l'expression choc des civilisations, et remplacez-la par choc des cultures, choc des contraires, etc. Car, s'il est bien une chose incontestable, c'est qu'il y a... un choc. De quoi, cela reste à préciser, vos lunettes post-coloniales étant un peu déformantes et réductrices à mon goût...

Anonyme a dit…

Comme ils sont comiques les laïcistes à la petite semaine il n'ont de cesse de fonctionner à l'anathème et à la diabolisation et ils crient au scandale lorsqu'on leur rends la politesse, ça doit être leur sens innée de la justice... Pour ce qui est du "postcolonial", ne parlez pas de ce que ne vous avez même pas commencer à comprendre... L'essence du conflit en Palestine, c'est précisément la question coloniale, dans sa version old school... Les identifications, de part et d'autre, elles, sont postcoloniales ! Vos lieux communs, et votre incapacité à voir plus loin que le bout de votre nez, monsieur (ou madame) le (la) laïciste en témoignent...

Anonyme a dit…

Non, les identifications, les solidarités qui se nouent des deux côtés sont d'abord éthnico-religieuses avant d'être postcoloniales ou tout ce que vous voulez. Ce discours postcolonial, c'est le frêle vernis politique dont vous recouvrez la nature profondément identitaire des crises que nous traversons en ce moment, en Europe et dans le monde. Par ailleurs je ne nie pas la dimension coloniale du conflit israëlo-palestinien, bien réelle celle-là;

Tel que je le comprends, ce concept de post-colonialisme est un piège sans fin dans lequel vous vous enfermez volontairement pour imposer des revendications, non plus sociales, mais communautaires. Ainsi votre obsession de la laïcité, pardon, du laïcisme, en contradiction avec une foi que vous voudriez bien voir investir le champ politique un peu plus.

Enfin bref, c'est ainsi que je vois les choses. En espérant ne pas avoir été trop long.

Signé : le Laïcard.

Guy Leboutte a dit…

Votre critique est pertinentissime.
La laïcité d'Etat subventionnée, la "Résistance" en chambre, autoproclamée et professionnalisée, que peut-on en attendre? La "gauche laïque" dont ils parlent dans leur tribune est une gauche qui a fait le grand écart. Elle s'est cantonnée dans les questions éthiques tout en avalisant voire réalisant la dérèglementation. Inévitablement, les compromissions dans l'ordre économique gauchissent un jour le discours. Et "gauchir" ici n'est pas synonyme de gauche au sens politique !

Je suis épaté de lire les dissidents israéliens, je dois bien les appeler ainsi. Ils appartiennent à une résistance qui ne leur vaut aucun salaire, mais parfois la prison, dans leur propre pays. Je les cite largement dans mon article "GAZA NAUSÉE - La terre volée, la niche du chien et quelques premiers de classe" en ligne sur http://liege.indymedia.org/article/show/id/93

Anonyme a dit…

Sacrés laïcistes, ils sont décidément impayables, voilà qu'il nous dit, à demi-mot, qu'être laïque c'est d'abord être blanc et de civilisation "judéo-chrétienne", quel aveu ! Mais oui mon laïcard, on le savait que tu étais raciste, il suffisait de gratter le vernis... Pour ce qui est du postcolonialisme, je me répète, tu n'en touches pas une, s'il y a bien une perspective qui permet de "complexifier", "dialectiser", "problématiser" la notion d'identité, d'universel, de civilisation..., c'est bien l'approche postcoloniale ! Evidemment quand on a pour tout bagage : "communautarisme","éthnico-religieux"..., je comprends que cette perspective te donne le vertige ! Pour ce qui est du politique et du social, sache que tu n'as vraiment rien à m'apprendre, rien.. Et puis depuis quand la laïcité permettait-elle d'appréhender le social ?...La laïcité est un "appareil idéologique d'Etat", qui a une fonction bien précise et ce n'est pas l'émancipation, ça se saurait... Cet Etat, et son universel en toc, dont la laïcité est l'extension idéologique, qui socialement n'a rien de neutre, il suffit pour s'en convaincre d'observer l'Assemblée Nationale française (homme blanc de plus de cinquante ans appartenant à la bourgeoisie ! il est beau l'Universel...) aussi ton amour de la laïcité te situe socialement sans nul doute ! En terme marxiste, en plus d'être raciste, tu es mon ennemi de classe... Voilà qui est dit !

Anonyme a dit…

" Qui de plus subversif que le bouffon ? Le vrai. Celui du Roi. De plus apaisant que le clown lorsqu’il offre l’évasion magique d’un rire franc et libérateur ?

Mais est-il plus aliénant, triste et convenu que ces "native informer" et autres « intellectuels négatifs » habillant d’un exotisme entendu un discours trivialement xénophobe ?

Plus réactionnaire que ceux qui détournent les symboles d’une laïcité, qui ne distingue plus sa gauche de sa droite, dans un discours éructant la haine de l’altérité, sous couvert d’une indignation bien select(iv)e ?

Mais n’est pas clown blanc qui veut…. auguste encore moins !

Souhail Chichah "

Guy Leboutte a dit…

Bonjour,
Je fais votre pub sur le blog d'Henri Goldman, sous le titre de "Mixité dans les manifestations": http://blogs.politique.eu.org/henrigoldman/20090117_gaza_et_la_jeunesse.html#forum512

Le Bougnoulosophe a dit…

Merci Guy !

A charge de revanche...

Mehmet Alparslan SAYGIN a dit…

Jolie déconstruction. Cela étant, la carte blanche des trois grâces est à la base tellement grossière qu'elle offre un boulevard pour être facilement démontée. Bonne continuation !