Belphégor et les veaux...



Burqa, nikab, hijeb et autres fanfreluches

13 commentaires:

Anonyme a dit…

Les commentaires qui défilent sur cette vidéo indiquent à quel point vous êtes encore dans l'adolescence, franchement pas mûre, pour construire une unité, franchement pas mûre pour entrer en politique. Il me semble que c'est De Gaulle qui le premier avait traité les français de veaux, au fait que disait-il des algériens ??
Reste la musique et la chanson je ne comprends pas les paroles mais c'est beau ça me donne la chair de poule, de veau ? C’est qui ?

Bozo a dit…

Mais tu es une bénédiction divine mon beaufounet ! Tu es la parfaite illustration du texte qui défile sur cette vidéo : arrogant, fat et analphabète... Et qui essaie, à tout prix, de donner des leçons sur de sujets dont il n'a aucune maîtrise, pas un début... "Les Français sont des veaux" c'est de De Gaulle, tu crois ? Pauvre tache ! Pour ce qui est de la musique, mon analphabète, jamais sorti de ton trou, il s'agit d'Oum Khalsoum... Cette chanteuse mythique était une inconditionnelle du "Hitler du Nil" (que de Hitler dans le mon arabe, bon dieu !) et de son régime que la marine française allait s'évertuer à civiliser à coup de bombardement !
Pour conclure, un penseur allemand particulièrement controversé, dont je tairais le nom, a défini l'essence du politique comme la capacité à désigner l'ennemi... Et sans nul doute, toi et tes pareils, mon beaufounet, vous en êtes !

P.S ; êrte passé de De Gaulle à Sarkozy, voilà une preuve de maturité et de génie politique (lol)...

Anonyme a dit…

A Bozo,
Tu voudras bien revoir tes classiques De Gaule a bien dit que les français étaient des veaux et pas qu'une fois, il voulait dire par là qu'ils étaient crédules et malléables. Être passé de De Gaulle à sarko c'est juste un signe qu'on s'est fait baiser la gueule par un agent américain à la botte d'Israël ou l'inverse ça dépend, mon grand bozo. Encore 20 ans et tu seras assez grand pour prétendre faire de la politique et reconnaître tes ennemis? Le beaufounet te salut, Houm Khalsoum, je me disais....

Bozo a dit…

"Tu voudras bien revoir tes classiques De Gaule a bien dit..."

C'est dommage que la langue française ne comporte pas de signe typographique pour signifier l'ironie, ce serait plus facile pour les "cons et mal comprenant"...

Tout le monde connait cette phrase de De Gaulle ! Professer des lieux communs, voilà une noble activité...

Et dire qu'ils nous fatiguent les oreilles avec Voltaire et son ironie proverbiale... (lol)

Anonyme a dit…

"les injures atroces n'ont jamais fait de tort qu'à ceux qui les ont dites". Voltaire
Je ris, je ris ....lol

Tinou a dit…

Lorsque vous écivez ou que vous reprenez certains textes, que l'on soit d'accord avec vous ou non, vous provoquez le débat. Ca c'est bien.
Pas ici, c'est dommage !
Les français sont des veaux. Et alors ? Avez vous de verts paturages à nous faire partager ?
Pensez vous aider à en faire des vaches, des boeufs ou des taureaux ? Ca ça m'interesse !

Tinou

Bozo a dit…

Les français sont des veaux. Et alors ? Avez vous de verts paturages à nous faire partager ?"

Pour ma part, à ces citoyens qu'on "remonte" comme des jouets mécaniques, je leur prophètise simplement un chemin assuré vers le "grand abattoir", ils irons comme à leur habitude la fleur au fusil... Si "la terreur n'est pas française", la connerie l'est sans nul doute...

cloclo a dit…

La phrase exacte était, si je ne m'abuse : " veaux d'élite, sûrs d'eux-mêmes et dominateurs. " Quel con quand même, notre führer !

Vous ne voyez pas qu'il nous pique sa crise de jalousie ?? Mettez-vous à sa place aussi. Ce n'est pas facile d'être un mahométan au 21e siècle. Ces gens-là sont bourrelés de complexes, aussi tentent-ils de diminuer comme ils peuvent tout ce qui est plus grand qu'eux... y compris et surtout la France que Nietzsche aimait tant pour sa haute culture et son raffinement. Ils sont encore bien loin de la sagesse d'un François Cheng, qui sait reconnaître tout ce qu'il doit à notre vieille Europe.

(En parlant de bons Français, une vingtaine viennent encore d'être arrêtés en Egypte. Décidément, cela se confirme ! Les Français sont des...)

Oum Kalsoum, ce n'est pas celle qui chantait Gigi l'amoroso ?... lol

Bozo a dit…

Mais ma parole le site grouille de beaufs françaouis, Cloclo est dans la place, que d'illustration de la beaufitude toute française, un bouillon de culture, un élevage sous cloche (de champignons de Paris ?), un vrai musée des horreurs pour fine bouche et narines bouchées!

Mon Cloclo d'amour, Nietzsche c'est le nom d'un fromage suisse ? (lol)

Anonyme a dit…

Il faut sauver Bozzo..... qui a tant besoin d'amour françaoui il semble.

Anonyme a dit…

Une autre illustration de la croisade des veaux :

"Ce Mardi, alors que Karima Belaïd, une Jovicienne de 27 ans, participait à un goûter de fin d’année avec ses copines de l’atelier couture, l’une des membres de la MJC est venue lui annoncer qu’elle devrait ôter son voile, si elle souhaitait poursuivre cette activité à la rentrée.
«J’ai été très choquée», explique-t-elle. D’autant que depuis janvier, date à laquelle elle a intégré cet atelier, elle s’est présentée voilée à chaque séance hebdomadaire.
Face à cette polémique naissante, les membres du conseil d’administration de la MJC se retranchent derrière leur règlement interne, qui précise «que personne ne doit porter de signe ostentatoire d’une appartenance religieuse ».
« Si une dame se présentait avec un gros crucifix autour du cou, on lui ferait la même remarque », certifie Didier Fiabane, le président du CA tout en lançant au passage, que pour lui «le port du voile est avilissant pour la femme ».
La famille Belaïd, elle, ne digère pas «ce rejet » assimilant cette attitude à «du fantasme laïc ». André Corzani, le maire de Jœuf, dit lui aussi «ne pas comprendre» le point de vue de la MJC. «Il faut raison garder sur cette question. Ce n’est pas la burqa, cela n’a rien à voir. On en est à des années lumière. »"

Le Républicain Lorrain

Princesse de Clèves, islamogauchiste a dit…

(ce que Renaud chantait avant, à son tour, de venir gonfler le rang des veaux...)

Ils s'embrassent au mois de Janvier,
Car une nouvelle année commence,
Mais depuis des éternités
L'a pas tell'ment changé la France.
Passent les jours et les semaines,
Y a qu'le décor qui évolue ;
La mentalité est la même :
Tous des tocards, tous des faux culs.

Ils sont pas lourds, en février,
à se souvenir de Charonne ;
Des matraqueurs assermentés
Qui fignolèrent leur besogne.
La France est un pays de flics,
à tous les coins d'rue y'en a 100 ;
Pour faire règner l'ordre public
Ils assassinent impunément.

Quand on exécute au mois d'mars,
De l'autr' côté des Pyrénées,
Un arnachiste du Pays basque,
Pour lui apprendre à s'révolter ;
Ils crient, ils pleurent et ils s'indignent
De cette immonde mise à mort ;
Mais ils oublient qu'la guillotine
Chez nous aussi fonctionne encore.

Etre né sous l'signe de l'hexagone,
C'est pas c'qu'on fait d'mieux en c'moment ;
Et le roi des cons, sur son trône,
J'parierai pas qu'il est all'mand.

On leur a dit, au mois d'avril,
à la télé, dans les journaux,
De pas se découvrir d'un fil,
Que l'printemps c'était pour bientôt.
Les vieux principes du seizième siècle,
Et les vieilles traditions débiles,
Ils les appliquent tous à la lettre ;
Y m'font pitié ces imbéciles.

Ils se souviennent, au mois de mai,
D'un sang qui coula rouge et noir,
D'une révolution manquée
Qui faillit renverser l'Histoire.
J'me souviens surtout d'ces moutons,
Effrayés par la Liberté,
S'en allant voter par millions
Pour l'ordre et la sécurité.

Ils commémorent au mois de juin
Un débarquement d'Normandie ;
Ils pensent au brave soldat ricain
Qu'est v'nu se faire tuer loin d'chez lui.
Ils oublient qu'à l'abri des bombes,
Les Francais criaient "Vive Pétain",
Qu'ils étaient bien planqués à Londres,
Qu'y avait pas beaucoup d'Jean Moulin.

Etre né sous l'signe de l'hexagone,
C'est pas la gloire, en vérité,
Et le roi des cons, sur son trône,
Me dites pas qu'il est portugais.

Ils font la fête au mois d'juillet
En souv'nir d'une révolution
Qui n'a jamais éliminé
La misère et l'exploitation.
Ils s'abreuvent de bals populaires,
D'feux d'artifice et de flonflons ;
Ils pensent oublier dans la bière
Qu'ils sont gouvernés comme des pions.

Au mois d'août c'est la liberté,
Après une longue année d'usine ;
Ils crient : "Vive les congés payés",
Ils oublient un peu la machine.
En Espagne, en Grèce ou en France,
Ils vont polluer toutes les plages,
Et par leur unique présence,
Abîmer tous les paysages.

Lorsqu'en septembre on assassine
Un peuple et une liberté,
Au coeur de l'Amérique latine,
Ils sont pas nombreux à gueuler.
Un ambassadeur se ramène ;
Bras ouverts il est accueilli,
Le fascisme c'est la gangrène
à Santiago comme à Paris.

Etre né sous l'signe de l'hexagone,
C'est vraiment pas une sinécure ;
Et le roi des cons, sur son trône,
Il est français, ça j'en suis sûr.

Finies les vendanges en octobre,
Le raisin fermente en tonneaux,
Ils sont très fiers de leurs vignobles,
Leurs "Côtes-du-Rhône" et leurs "Bordeaux".
Ils exportent le sang de la terre
Un peu partout à l'étranger ;
Leur pinard et leur camembert,
C'est leur seule gloire à ces tarés.

En Novembre, au salon d'l'auto,
Ils vont admirer par milliers
L'dernier modèle de chez Peugeot
Qu'ils pourront jamais se payer.
La bagnole, la télé, l'tiercé,
C'est l'opium du peuple de France ;
Lui supprimer c'est le tuer ;
C'est une drogue à accoutumance.

En décembre c'est l'apothéose ;
La grande bouffe et les p'tits cadeaux,
Ils sont toujours aussi moroses
Mais y a d'la joie dans les ghettos.
La Terre peut s'arrêter d'tourner,
Ils rat'ront pas leur réveillon ;
Moi j'voudrais tous les voir crever,
Étouffés de dinde aux marrons.

Etre né sous l'signe de l'hexagone,
On peut pas dire qu'ça soit bandant ;
Si l'roi des cons perdait son trône,
Y aurait 50 millions de prétendants.

M.M. a dit…

Ah, les veaux de lait! M.M.