La journée de la Burqa

Je regrette, infiniment (euphémisme) que la gauche de la gauche en la personne de M. Gérin, main dans la main avec la sarkozyste Mme Amara, se mettent en tête maintenant d'interdire le port de la burqa et du voile intégral dans notre pays. Quand le sociétal remplace le social, quand la Journée de la jupe devient un film culte, le néocolonialisme et le choc des civilisations ont de beaux jours devant eux.

Ce sinistre projet est clairement islamophobe, c'est le projet des petits bourgeois donneurs de leçons occupés par leur "mission civilisatrice". C'est dramatique.

Je n'ignore pas que beaucoup de femmes sont victimes du machisme dans les pays musulmans, et que la burqa fonctionne comme une prison pour beaucoup d'entre elles.

Cependant je reste libéral en matière vestimentaire. Tout ce qui ne conduit pas à l'incitation au viol et à la corruption des mineurs doit être autorisé. La burqa ne relève pas de ce registre.

En outre je ne peux pas ignorer que
1) le port de la burqa ou du voile intégral est très minoritaire en France, même parmi les musulmanes ;
2) certaines femmes musulmanes souhaitent sincèrement porter ce vêtement qu'elles rattachent à leur tradition.

Si l'on veut libérer les femmes musulmanes, attachons nous à les instruire, elles et leurs frères, leurs maris, et à leur faire une place dans notre société, plutôt que de leur imposer la violence de la loi. Et avant même que de les libérer, commençons par les entendre. Le "projet civilisateur" n'est pas à sens unique, et nous avons aussi à nous laisser "civiliser". Entendons notamment ce qu'ont à nous dire les peuples musulmans.

Quand certaines de leurs autorités cultuelles expliquent que les femmes occidentales ploient sous la dictature de la séduction, de l'apparence, du corps mince, du maquillage, du narcissisme et de la volonté de plaire, n'ont-elles pas raison ? Si une loi veut règlementer la "dictature" de la burqa, ne doit-elle pas aussi alors règlementer celle de l'industrie de l'habillement, et celle de l'industrie de la nudité, qui créent tant de frustrations et tant d'inégalités entre femmes jeunes et vieilles, belles et laides ? N'y a-t-il point là un enfer pour les femmes qui n'a peut-être rien à envier à l'enfer de la burqa ?

Si le voile, intégral ou non, est pour certains un moyen de soustraire les femmes à la loi de leur marchandisation, c'est un argument que l'on doit entendre, autant que celui des féministes occidentales qui y voient un instrument d'aliénation sans trouver pourtant à redire à la dictature du string. Et faisons preuve de la plus grande circonspection devant ces projets législatifs remplis de bonnes intentions, dont le fondement réel est le refus de comprendre l'autre, la volonté aveugle de lui imposer notre morale, nos valeurs, notre propre aliénation. Il est vrai qu'on oublie si bien ses propres chaines en prétendant libérer autrui...

Un ami me disait que nous devrions créer un mouvement "Pas en notre nom" comme le mouvement anti-guerre de 2002 qui objecterai à chaque aberration de nos gouvernants en matière de politique étrangère ou de relation avec le cultures que leurs erreurs n'engagent pas les citoyens qu'ils entendent représenter. Le thème de la loi sur la burqa serait un bon sujet pour ce genre d'action. Et si demain la burqa venait à être interdite, nous devrions tous, hommes et femmes, sortir dans cette tenue en signe de refus de ce fascisme de la political correctness.

Frédéric Delorca

5 commentaires:

Fitzcarraldo a dit…

Pourquoi encore faire tout un plat à propos des femmes qui portent une soi-disent "burqa" (qui n'en est pas une) ? Mme Bleustein-Blanchet, épouse Badinter, patronne de "Publicis" et à ses heures perdues "philosophe" (ce qui se repère au fait qu'elle beaucoup plus bandante qu'Arielle Dombasle, épouse Bernard-Henri) n'a-t-elle pas déclaré sur France 2 (lundi soir dans "Mots croisés" - le terme "croisés" devant plus que jamais être pris avec un clin d'oeil masqué) que ces femmes "n'ont plus rien d'humain ?", que ce sont des "fantômes" et des "Belphégor" (voir Wikipédia : "Dans la démonologie chrétienne, Belphégor est le démon qui séduit ses victimes en leur inspirant des découvertes et des inventions ingénieuses destinées à les enrichir. Il prend souvent un corps de jeune femme. Des rabbins ayant prétendu qu'on lui offrait l'ignoble résidu de la digestion, certains érudits l'ont identifié avec Crepitus, dieu des flatulences ou Priape, dieu obscène. Dans la culture populaire, les mystifications et identifications de Belphégor ont nourri les légendes ; Belphegor apparaît, dans certains films, comme héros maléfique réfugié dans les égouts et prêt à tous les crimes.")

Une des philosophes officielles du régime ayant acté que ce ne sont pas des êtres humains, leur extermination (symbolique, pour commencer) peut être programmée tranquillement.

cloclo a dit…

Je suis toujours surpris par le zèle que certains gauchistes (athées donc) mettent à défendre l'islam le plus régressif.

La réponse tient sans doute dans leur haine commune du libéralisme, libéralisme économique pour les premiers, libéralisme politique pour les seconds, les deux étant étroitement liés.

Gageons que ces alliances contre-nature, intenables à long terme, n'auront qu'un temps de toute façon. La question est de savoir qui rompra le pacte islamogauchiste le premier, comme naguère Hitler rompant le pacte germano-soviétique.

Pour l'heure, laissons nos petis gauchistes qui n'effraient plus personne depuis longtemps, essayer de revenir sur le devant de la scène en " capitalisant " la peur que suscite les musulmans chez les bourgeois.

Les vrais athées n'auront jamais eu autant matière à rire depuis La Calotte.

Anonyme a dit…

Arrêtons de tout mélanger. Que l'on condamne l'utilisation politique de la burqa pour nous faire avaler des couleuvres pourquoi pas mais de là à jouer le tout ce vaut..., et puis toutes les femmes portent leur burqa. Ça devient n'importe quoi. J'en suis encore à me demander si les femmes qui se voilent ne sont pas aliénées ou s'il s'agit de l'expression de l'autonomie de leur volonté ? Pourquoi les mères de ces filles ne se voilaient pas ?
Et puis s'il faut à ce point revendiquer son ethnicité, pourquoi les mecs ne portent-ils pas le sarouel et la chéchia et la djellaba et le string sous la djellaba??

Anonyme a dit…

Bonjour,

Il me semblait que le pays où l'on vend le plus de lingerie est l'Arabie Saoudite. Est ce faux?
Si c'est vrai, le "voile integral" n'est pas forcément un remède à la dictature du string : il peut même être son complice.
Malheureusement la domination masculine existe partout non ?
Ensuite, vous déclarez : "Tout ce qui ne conduit pas à l'incitation au viol et à la corruption des mineurs doit être autorisé." Qu'entendez vous par la ? Doit on interdire les camps naturistes (encore que, perso, je suis pas sur que ça me donnerait envie lol) ?
Enfin, même si je comprends le sens que vous lui donnez, pourquoi utiliser le mot "libéral". Beurk. Soyez libres !

Merci de votre réponse.

Tinou

Anonyme a dit…

je portes le voile mais malgres tout j' ai été suspendue de mes fonctions et j' ai été agressés par six policiers donc voile ,bourqa ,niqab,minarets ect...le problème c qu'il vise la religion pa que le vetement .Pour mon affaire je souhaiterai la diffuser mais je ne connais de presse fiable nora la musulmane